DAC et Audiophilie: pour une symbiose raisonnée

Les Convertisseurs Digital Analogique
Avatar de l’utilisateur
Pierre Paya
Messages : 1494
Inscription : dim. sept. 30, 2018 2:56 pm
Localisation : Nîmes
Contact :

Re: DAC et Audiophilie: pour une symbiose raisonnée

Message par Pierre Paya » jeu. nov. 15, 2018 4:54 pm

Luke a écrit :
jeu. nov. 15, 2018 4:04 pm

Une légère différence c'est que, même si j'apprécie un bon système, une simple paire d'écouteurs d'iphone peut m'emporter car c'est la musique avant tout qui m'emmène et c'est peut être la le point de divergence. Par exemple un enregistrement pas vraiment top de Gould avec le concert N°4 de Beethoven, mais tellement bien interprété...
Même là nous nous rejoignons Luke !

J'adore conduire longtemps et seul et j'écoute toujours de la musique en voiture. Et bien je vis assez souvent de grands moments d'émotions mais dans ce cas très précis, le système de reproduction n'existe plus pour moi, seule la musique compte et en effet, elle peut me toucher profondément en dépit d'une reproduction très "moyenne".

Le discours que j'ai tenu plus haut s'inscrit dans une démarche différente.
L'amoureux de musique et de belle reproduction, qui désire allier la beauté de cette énergie qu'est la musique, avec la meilleure expression de sa reproduction.
Mes attentes sont dans ce cas et au minimum, à la hauteur du système mis en œuvre.

Luke a écrit :
jeu. nov. 15, 2018 4:04 pm
Et vous avez raison l'image 3D avec les enceintes, mais bon au casque si le cerveau fonctionne bien avec un casque ouvert on n'y arrive bien :)
Je ne pense pas qu'on puisse, au casque, percevoir la plus grande taille d'un chanteur par rapport à un autre plus petit et à côté du premier.
je n'y suis jamais parvenu.
On peut le faire à l'écoute d'un système enceintes bien réglé.

Pas de 3D sans largeur, profondeur et HAUTEUR

Pierre

Avatar de l’utilisateur
Cladane
Messages : 976
Inscription : lun. oct. 01, 2018 11:58 am
Localisation : Ornans 25 FR
Contact :

Re: DAC et Audiophilie: pour une symbiose raisonnée

Message par Cladane » sam. nov. 17, 2018 5:12 pm

Bonjour,

Oui, une écoute musicale distraite (quand un acte plus prioritaire prime sur l’attention) peut être émotionnelle si elle s’associe à un souvenir du subconscient mais reste différente de l’écoute attentive qui est d’un autre enjeu cérébral requérant comme l’écrit Pierre une adéquation de moyens et de développer son expérience :
https://www.cortex-mag.net/cerveau-atte ... attention/

La 3D dans l’écoute enceintes comprend aussi l’impact physique de l’onde sonore sur le thorax qui permet de percevoir les mouvements de l’intrumentiste.
Un cas par ex que j’ai en souvenir :
https://www.qobuz.com/fr-fr/album/shost ... 2894830838

Le DAC est indissociable de l’onde sonore finale enceintes ou casque.
Premier système hifi en 1978: platine Technics, ampli SCOTT, enceintes 3A, disques DG.
Système : Barrette Nodal Audio LMP2 + P0, Melco S100, Antipodès S40+S60, EmmLabs NS1 + DV2, Viva Solista 845 Elrog, Susvara, Utopia, Raal SR1a, MySphere 3.2, LCD4, Empyrean, Odin mk2, HD800 moddé, câbles Nodal P0-AbsolueC Réf XLR-Esprit secteur-DHC Prion4-X16 Plussound-Legato Fuocoso
SUB Voxativ Z.Bass
Enceintes Voxativ Hagen AF-2.6
Roon
Musiques: Symphonies, Concerti violon/piano.

Avatar de l’utilisateur
Cladane
Messages : 976
Inscription : lun. oct. 01, 2018 11:58 am
Localisation : Ornans 25 FR
Contact :

Re: DAC et Audiophilie: pour une symbiose raisonnée

Message par Cladane » dim. mars 10, 2019 10:59 am

Bonjour tous,

Au vu de l’évolution impressionnante de la musique dématérialisée, et de plus la tendance au HiRes, le DAC reste un élément prépondérant du système hi-fi, étant tout de même responsable de la création du signal analogique à la base du rendu sonore.

De fait le DAC suit le mouvement et nous assistons à une évolution technologique très rapide.

L’article suivant exprime bien l’idée que désormais le DAC prend une telle prépondérance que l’ingénierie de ces dispositifs s’oriente, après la conversion ‘industrielle’ (delta sigma) vers une ‘personnalisation’ du traitement grâce à la puissance de traitement des circuits FPGA.
Ajoutez aux marques citées TotalDAC, Nagra, EMMLabs, ...

Circuits logiques programmables pas si inconnus puisqu’en 1984 j’avais travaillé sur des ALTERA (concurrent de Xilinx) avec dépôt de brevet à l’INPI en 1985 :idea:

Image
Premier système hifi en 1978: platine Technics, ampli SCOTT, enceintes 3A, disques DG.
Système : Barrette Nodal Audio LMP2 + P0, Melco S100, Antipodès S40+S60, EmmLabs NS1 + DV2, Viva Solista 845 Elrog, Susvara, Utopia, Raal SR1a, MySphere 3.2, LCD4, Empyrean, Odin mk2, HD800 moddé, câbles Nodal P0-AbsolueC Réf XLR-Esprit secteur-DHC Prion4-X16 Plussound-Legato Fuocoso
SUB Voxativ Z.Bass
Enceintes Voxativ Hagen AF-2.6
Roon
Musiques: Symphonies, Concerti violon/piano.

Avatar de l’utilisateur
eric65
Messages : 1058
Inscription : lun. oct. 01, 2018 7:56 pm

Re: DAC et Audiophilie: pour une symbiose raisonnée

Message par eric65 » dim. mars 10, 2019 12:50 pm

Merci Claude de nous tenir informé des progrès techniques, parfaitement audibles, avec les Dacs de dernière génération.

Vive le progrès technique ! :P

Eric

Avatar de l’utilisateur
Cladane
Messages : 976
Inscription : lun. oct. 01, 2018 11:58 am
Localisation : Ornans 25 FR
Contact :

Re: DAC et Audiophilie: pour une symbiose raisonnée

Message par Cladane » lun. mars 18, 2019 1:44 pm

Bonjour,

En audiophilie le plaisir musical est une notion des plus personnalisées et ainsi d’infinies solutions sont possibles, d’ailleurs concrétisées de nos jours grâce à une technologie galopante dont dans le secteur des DACs.

Une solution très séduisante est d’utiliser une conversion sans traitement du signal, dite NOS (Non Over Sampling) dans l’idée de conserver la pureté du signal d’origine. Comme souvent les DACs R2R.
Un aspect à connaître pour bien profiter de ces DACs, sauf traitement intégré par le concepteur, à savoir donc, est qu’ils gèrent mal le format CD de par leurs caractéristiques.

Un modus operandi à lire:
Un DAC NOS présente un désavantage potentiellement grave si vous lui transmettez un flux de données binaire à 44,1 KHz.
Les concepteurs de DAC NOS placent le filtre analogique (également appelé filtre de reconstruction) à une fréquence beaucoup plus élevée que celle préconisée par la théorie. Par exemple, le filtre de reconstruction réglé à 55-60KHz (lorsque la théorie indique à 22.05KHz).
La raison pour laquelle ils le font est qu'ils savent (et nous savons) que le fait de placer un filtre de reconstruction d'ordre très élevé avec une largeur de bande de 3 dB à 22.05KHz créera une atténuation majeure dans la bande et, par conséquent, un décalage de phase important. Cela détruira le contenu très haute fréquence de la lecture (vous perdez l’aération dans la musique et très souvent l’ambiance du lieu d’enregistrement). En mettant le filtre de reconstruction à une fréquence beaucoup plus élevée, ils évitent ces pièges, MAIS les harmoniques du signal 20Hz-20KHz présentes dans la région 22.05K-44.1KHz qui doivent être fortement atténuées ne sont plutôt que légèrement atténuées.
Ils ne peuvent pas placer ce filtre de reconstruction trop haut car vous n'obtiendrez même pas cette légère atténuation. Donc, vous vous retrouvez avec un peu de contenu ultrasonore qui, heureusement, est au-dessus de la portée de l’ouïe humaine, mais rend la lecture de la musique plus dure / cassante et lui donne cet aspect "digital".

Ainsi de nombreuses personnes s’efforcent de sur-échantillonner le flux binaire numérique de l’ordinateur (car la puissance de son processeur est bien supérieure à celle d’un DAC) à 88.2K / 96K / 176.4K / 192KHz kkpour fournir le DAC NOS. Bien entendu, votre DAC NOS doit être capable d’accepter un flux de données à haut débit. N'oubliez pas que le flux de données entrant n'est pas suréchantillonné (il s'agit d'un DAC NOS). Il accepte simplement un flux de débit plus élevé.
De fait le signal à débit binaire plus élevé n’a pas de signal de musique au niveau de la fréquence de repliement et le filtre de reconstruction atténue les harmoniques de fréquence d’horloge. Ainsi, prenons un exemple: si vous sur-échantillonnez les données de 44.1 KHz à 96 KHz dans votre ordinateur, pour votre signal musical qui se situe dans la région 0Hz-20KHz (utilisons 0Hz simplement pour faciliter l’explication), vous n’avez alors aucune information utile dans le fichier. Pour 20KHz-48KHz, vous n’avez encore aucune information utile dans la région 48KHz-76KHz et, enfin, vous avez l’image de votre signal musical dans la région 76KHz-96KHz.
Vous voulez que le filtre de reconstruction atténue tout ce qui se situe au-dessus de 20 KHz, mais avec le filtre réglé à 55-60 KHz, cela n’est pas possible. Mais devinez quoi ? Il n’y a pas d’information utile dans la région 20KHz - 76KHz. Par conséquent, si le filtre de reconstruction s’écarte légèrement, vous n’obtenez aucun contenu ultrasonore (comme vous le faisiez lorsque vous aviez introduit les données à 44.1KHz). Ainsi, moins de dommages sont causés à l’auditeur lors du sur-échantillonnage du flux de données entrant.
Étant donné que le filtre de reconstruction commencera à filtrer tout ce qui est supérieur à 55K-60KHz, votre fréquence fondamentale d'horloge à 96KHz sera filtrée avec une atténuation appréciable, puis les harmoniques d'horloge à 192KHz, 288KHz, 384KHz seront filtrées avec une grande atténuation.
Donc, tout à coup, votre musique devrait commencer à sonner beaucoup mieux et la dureté de la haute fréquence devrait être beaucoup réduite.
Si vous avez suivi le raisonnement ci-dessus, alors vous direz certainement que le suréchantillonnage à une fréquence d'horloge encore plus élevée (comme 192K ou 384KHz) serait encore meilleur. Et vous avez raison ! Je vois beaucoup de propriétaires de DAC NOS sur-échantillonner à 192KHz et à 384KHz avant d’alimenter leur DAC NOS. Pour le cas de 192KHz, par exemple, vous ne voyez même pas l’horloge fondamentale jusqu’à 192Khz - loin du signal musical de 20Hz-20KHz et il n’y a pas d’informations utiles dans la région de 20KHz - 172KHz. Avec le filtre de reconstruction réglé à 55K-60KHz, vous obtenez une atténuation de tout signal parasite qui traîne dans la région des 60Khz et plus.
Premier système hifi en 1978: platine Technics, ampli SCOTT, enceintes 3A, disques DG.
Système : Barrette Nodal Audio LMP2 + P0, Melco S100, Antipodès S40+S60, EmmLabs NS1 + DV2, Viva Solista 845 Elrog, Susvara, Utopia, Raal SR1a, MySphere 3.2, LCD4, Empyrean, Odin mk2, HD800 moddé, câbles Nodal P0-AbsolueC Réf XLR-Esprit secteur-DHC Prion4-X16 Plussound-Legato Fuocoso
SUB Voxativ Z.Bass
Enceintes Voxativ Hagen AF-2.6
Roon
Musiques: Symphonies, Concerti violon/piano.

Répondre